Nikko VaporizR

Véhicule amphibie à 4 roues motrices, le Nikko VaporizR est commercialisé depuis Noël 2012. 3 générations se sont succédé : le Nikko VaporizR 1, puis deux versions du Nikko VaporizR 2. Nous présenterons ici la première génération, le Nikko VaporizR 1.

Le Nikko VaporizR, avec ses accessoires.

Fiche technique

Informations générales

  • Modèle : Nikko VaporizR, N-Blaster – Lansay Splash Wheeler
  • Prix : 45€
  • Année : De 2012 à 2016
  • Public : adolescents

Performances

  • Vitesse maximale estimée : 15 km/h
  • Batterie : 6 Volts NiMh 800 mAh, 1 pile 9 Volts pour la télécommande
  • Chargeur : charge en 1 heure
  • Autonomie : 15 minutes

Dimensions

  • Echelle : 1/16
  • Longueur : 29 cm
  • Largeur : 22 cm
  • Hauteur : 16 cm

Commande

  • Radiocommande : 2 leviers à déplacement verticaux, commande façon « tank »
  • Fréquence : 40 MHz
  • Quartz : non interchangeable

Mécanique

  • Mode de transmission : 4×4 à 2 moteurs, un moteur pour les roues coté gauche, un moteur pour les roues coté droit
  • Pas de suspensions
  • Roues amovibles avec pneus souples
  • Ensemble étanche permettant au véhicule d’évoluer sur l’eau

Look

Équipé de roues surdimensionnées et d’une carrosserie en forme de « Coccinelle » le Nikko VaporizR ne passe pas inaperçu. On apprécie la décoration asymétrique aux couleurs vives, l’entrée d’air à l’avant, les rétroviseurs, l’aileron, les pots d’échappement… Rien ne manque, l’ensemble est très réussi.

La Nikko VaporizR bleue, le style est excellent !

La carrosserie est fixée sur le châssis grâce à plusieurs points d’appui et 2 loquets de verrouillage situés à l’arrière. Elle doit être retirée pour accéder à la batterie, ce qui implique également de retirer la paille de l’antenne.

A l’arrière, on retrouve aussi de nombreux détails.

Châssis

Le Nikko VaporizR est un véhicule amphibie. De ce fait, le châssis est en théorie entièrement étanche et aucun élément électrique ne peut être en contact avec l’eau. Quelque fils électriques restent apparents : les fils d’alimentation entre la batterie et les éléments électroniques, le fil d’antenne, et les fils menant à l’interrupteur marche/arrêt. L’interrupteur est emballé dans un caoutchouc sur mesure, de la colle souple à été ajoutée à chaque fil pour éviter au mieux les infiltrations d’eau.

Le châssis du Nikko VaporizR. Il est nécessaire de retirer la carrosserie pour mettre la batterie.

Point négatif, il est très difficile -voire impossible- de retirer la batterie lorsqu’elle est logée dans le châssis. L’usage d’un tournevis plat ou d’un objet similaire est nécessaire pour créer un petit effet de levier et extraire sans effort la batterie. Dépourvu de suspensions, le Nikko VaporizR est équipé de pneus souples pour amortir les chocs.

Le dessous du châssis du Nikko VaporizR.

L’interrupteur marche-arrêt est situé sous le pare-choc arrière, sous une protection étanche. Juste à coté de celui-ci, on peut voir les 2 loquets maintenant la carrosserie sur le châssis.

L’interrupteur marche-arrêt de la Nikko VaporizR.
La batterie est souvent difficile à retirer.

Vraiment étanche ?

Avec une trappe de batterie étanche et de la colle souple appliquée sur toutes les jointures, Le Nikko VaporizR est en théorie capable de flotter et naviguer sur l’eau. Cependant, des cas de véhicules ayant pris l’eau ont été recensés, il est difficile de savoir s’il s’agit d’une conséquence d’un défaut d’usine, de dégâts sur les parties protégeant les infiltrations d’eau, ou d’usure excessive des véhicules.

Les roues sont fixées à des axes qui mènent aux entrailles du châssis. Si la liaison entre l’axe de la roue et le châssis n’est pas étanche, de l’eau passera. C’est pourquoi NikkoMania conseille d’éviter les baignades avec les véhicules Nikko VaporizR. L’usage dans les flaques d’eau et la neige ne pose cependant pas de souci.

L’emplacement de la batterie, situé en hauteur.

Télécommande

La télécommande du Nikko VaporizR est une télécommande 2 voies sans linéarité : on passe de l’arrêt à l’accélération maximale. Les leviers gauche et droite permettent de commander indépendamment les roues coté gauche ou coté droit. Pour aller tout droit, il faut actionner les deux leviers vers l’avant. Pour tourner, on actionne uniquement un levier pour faire dévier le véhicule. Le Nikko VaporizR peut également faire demi-tour sur place en positionnant un levier vers le haut, et un levier vers le bas.

La télécommande du Nikko VaporizR. La prise en main est correcte, l’antenne souple se révèle moins fragile qu’une antenne classique en acier.

Coté fréquences, le Nikko VaporizR fonctionne en 40 MHz, différentes fréquences sont disponibles afin de faire évoluer plusieurs véhicules simultanément, mais les quartz (élément électronique déterminant la fréquence) ne sont pas interchangeables. L’antenne de la télécommande n’est pas en acier mais en caoutchouc souple, plus pratique et moins cassant qu’une antenne dépliante. L’alimentation de la télécommande se fait par une pile 9 volts.

Batterie et chargeur

Le Nikko VaporizR est alimenté par une batterie NiMh 6 volts 800 mAh au format « cassette ». La batterie charge en 1 heure, pour offrir environ 15 minutes de jeu. Il n’y a pas d’arrêt automatique une fois la batterie chargée.

La batterie et le chargeur du Nikko VaporizR.

Performances et comportement

Plutôt vif et rapide, le Nikko VaporizR n’est pas adapté à un usage en intérieur. Son terrain de jeu, c’est la terre battue et les bords de lac. L’absence de suspensions se fait cruellement sentir sur les sols irréguliers, et l’absence de mode digital proportionnel oblige à passer les obstacles avec vitesse. Sur l’eau, le Nikko VaporizR avance grâce aux striures de ses pneus. La vitesse de progression est plutôt lente, mais on s’amuse à faire des transitions eau/terre terre/eau, et surtout rouler à fond dans des flaques d’eau !

Le Nikko VaporizR.

La commande en mode « char » (sur la télécommande, un levier par paires de roues latérales) est quelque peu déroutante au début, mais on s’habitue rapidement. Non testé faute de météo adéquate, la conduite sur quelques centimètres neige sera très probablement un régal.

Variantes

En fonction des années et des pays, de plusieurs versions de la Nikko VaporizR ont été commercialisées.

La Nikko VaporizR bleue, vendue en France.
La Nikko VaporizR verte, jamais vue en France.
Le Nikko N-Blaster, capable de tirer des fléchettes et équipé d’un pointeur lumineux.
Le Lansay Splash Wheeler rouge, vendu en France.
Le Lansay Splash Wheeler bleu, jamais vu en France.

Lansay Splash Wheeler

Le Nikko VaporizR à un grand frère, le Lansay Splash Wheeler, commercialisé à partir de 2006. Excepté le style, les éléments sont quasiment identiques.

Le Lansay Splash Wheeler possède quelques différences avec le Nikko VaporizR :

  • Les pneus sont plus durs sur le Lansay Splash Wheeler.
  • La qualité des plastiques est quelque peu moins bonne sur le Lansay Splash Wheeler.
  • La télécommande est équipée d’une antenne souple sur le Nikko VaporizR, une simple antenne en acier dépliante équipe le Lansay.
  • La batterie est au format cassette sur le Nikko VaporizR, à prise Tamiya ou à cassette sur le Lansay Splash Wheeler.
  • Les loquets de verrouillage sont mieux conçus sur le Nikko.
A gauche, le Lansay Splash Wheeler. A droite, le Nikko VaporizR.

Aucune différence de performances, de dimensions ou de bruit. Avec des pneus plus souples, le Nikko VaporizR se sort mieux des bosses.

Les châssis sont très proches, à quelques différences près.

Vidéo de démonstration


L’avis de NikkoMania

Vif et doté de 4 roues motrices, le Nikko VaporizR est un véhicule séduisant. L’absence du mode digital proportionnel regrettable, rendant les virages brusques. Attention à la navigation en eau douce : certains véhicules ne s’en sont jamais remis (défauts en usine ou fuites dues à l’usure, difficile à dire). Il est donc préférable d’éviter les baignades, et de se contenter de rouler dans les flaques d’eau aussi larges soient-elles.