Nikko Phoenix 1/12 Off-Road Evolution

Les Nikko Road Burner, Dragon et Phoenix sont des buggys radiocommandés à l’échelle 1/12 présents dans la gamme Off-Road Evolution 1/12. Avec une couleur dominante jaune pour le Phoenix et bleu pour le Dragon, ces buggys ont été commercialisés de 2004 à 2007. En 2011, une nouvelle version a été commercialisée pendant 2 ans, le Nikko 1/10 Evo Pro-Line Road Burner.

Le Nikko Dragon 1/12 Off-Road Evolution. Attention, la télécommande d’origine est beige.

Fiche Technique

Informations générales

  • Modèle : Nikko Dragon Off-Road Evolution 1/12, Phoenix Off-Road Evolution 1/12, Road Burner 1/10 Evo Pro-Line
  • Echelle : proche des 1/10
  • Prix à l’époque de leur commercialisation : 80€ pour les Off-Road Evolution 1/12, 120€ pour le Road Burner
  • Epoque : 2004 à 2007 pour les Dragon et Phoenix, puis 2011 à 2013 pour le Road Burner

Performances et Dimensions

  • Vitesse maximale : 28km/h
  • Batterie et Chargeur : 7,2v 1600mAh avec prise Tamiya, compatible batteries de modélisme
  • Chargeur sans arrêt automatique, charge en 4h30
  • Autonomie : 10 à 15 minutes

Commande

  • Télécommande : Vitesse et direction indépendantes et progressives grâce au système digital proportionnel
  • Fréquence : 6 fréquences interchangeables, permettant de faire évoluer 6 buggys en même temps

Mécanique

  • Mode de transmission : Propulsion (roues arrières motrices)
  • Roues : Amovibles, fixation par écrou freiné. Pneus à picots
  • Suspensions : Bras indépendants à l’avant, pont à l’arrière

Caractéristiques

Mesurant 45cm de long, 18cm de haut et 26,5cm de large, les buggys Off-Road Evolution 1/12 font partie des plus gros buggys fabriqués par Nikko. L’échelle indiquée est 1/12, puis le même véhicule a été ré-édité quelques années plus tard avec une échelle indiquée « 1/10 ». Le buggy est clairement imposant, l’échelle 1/10 est correcte.

Le look global est correct, on apprécie les grilles d’aération situées sur les cotés de la cabine, les roues avant et arrières de taille différentes, ainsi que l’imposant aileron arrière.La carrosserie des Nikko Road Burner, Dragon et Phoenix, est en lexan (polycarbonate, plastique souple), donc très légère. C’est un plus pour les performances, les véhicules Nikko sont souvent équipés de carrosseries en plastique dur, donc lourdes.

Couleurs vives et aileron démesuré, la version « Phoenix » est réussie !
La vue de profil montre que le buggy à une garde au sol plutôt haute.
La carrosserie est maintenue par des clips en plastique, ici remplacés par des clips en acier.

Sous le châssis des Nikko Road Burner, Dragon ou Phoenix, on retrouve la trappe permettant d’accéder à la batterie, ainsi qu’un interrupteur marche/arrêt placé sur le coté gauche du buggy. A l’avant, un pare-choc large permet d’éviter aux roues avant, fusées et tringleries de direction d’être endommagées si un choc se produit. A l’arrière, un petit pare-choc en plastique évite au bloc arrière de taper un obstacle si la voiture recule ou tombe sur l’arrière.

Vue de dessous.

Roues et pneus

Les Nikko Road Burner, Dragon et Phoenix sont fournies avec 4 roues amovibles à pneus crampons, fixées à l’aide d’un écrou freiné. Ces pneus s’usent vite sur le goudron, mais ils sont très efficaces sur terre battue et sur l’herbe. Les jantes sont particulièrement réussies, on apprécie la couleur mate des jantes (ou les jantes noires avec filet jaune pour le Nikko Road Burner), ainsi que les 6 points symbolisant les écrous.

Les détails de la jante et les inscriptions sur le pneu sont superbes !
A l’arrière, même dessin et un peu plus de déport pour avoir des roues plus larges.

Suspensions

A l’avant, les suspensions à faible débattement peinent à remplir leur rôle : ils sont trop durs, et amortissent peu. L’arrière est à peine plus efficace, malgré quelques millimètres de débattement supplémentaire. C’est là un des points faibles de ce buggy : avec des débattements de suspensions trop courts et des suspensions trop dures, il est difficile à conduire sur les bosses ou les terrains déformés.

La suspension avant. On voit clairement que le débattement est très faible.
A l’arrière, ce n’est pas mieux.

Châssis

Derrière la carrosserie en lexan, on retrouve un châssis quasiment lisse, présentant des aérations et un quartz interchangeable pour la partie réception. Les aérations se révèlent peu utiles si la voiture n’enchaîne pas plusieurs packs de batterie de suite, elles ont donc été bouchées pour éviter la présence d’eau ou de graviers à l’intérieur du châssis.

Le châssis. Les parties scotchées recouvrent des aérations.

Le moteur des Nikko Road Burner, Dragon et Phoenix est un moteur de taille 540, très proche de ceux équipant les Nikko Super Evolution 1/10 (Ne10). Il est possible de remplacer ce moteur par un moteur Sprint, le même que celui équipant les Nikko Super Evolution 1/10 (Ne10) 2 roues motrices. Le buggy peut donc gagner en performances !

Le moteur peut être replacé par un moteur « Sprint », mais dans ce cas il est préférable de ne pas boucher les entrées d’air du châssis.

Solidité et endurance

Les Nikko Road Burner, Dragon et Phoenix sont des buggys. De ce fait ils sont susceptibles d’encaisser des gros chocs et de se retourner. L’aileron arrière est donc fixé sur 2 pattes en plastique souple, et l’aileron lui-même est fabriqué dans la même matière souple. Pas de risque de casse ou de fêlure, comme on pouvait le voir sur les buggys plus anciens avec des éléments de carrosserie en plastique dur.

L’aileron est monté sur des supports souples.

Ci-dessous, vous pouvez voir un détail du bloc arrière. Ce bloc arrière est l’un des points sensibles d’un buggy : lors d’une lourde réception ou un gros choc sur la partie arrière du buggy, le bloc peut se fissurer ou se casser. Ici, sur les Nikko Road Burner, Dragon et Phoenix, le bloc arrière à été renforcé. Ce bloc arrière étant plus solide, il autorise des réceptions plus violentes.

Le train arrière renforcé s’est révélé très solide dans le temps.

A l’avant, une fusée en acier (beaucoup plus solide qu’une fusée en plastique) supporte la roue par l’intermédiaire de 2 paliers. Ces paliers en plastique permettent de réduire les frottements entre la fusée et la roue. Pour améliorer les performances du buggy, il est nécessaire d’huiler régulièrement ces paliers, ou de les remplacer par des roulements scellés. Ne vous fiez pas à leur forme particulière, seule la partie la plus épaisse devra être replacée par un roulement scellé.

La fusée avant en acier, et ses paliers pour améliorer la rotation de la roue.

Attention, couronne fragile !

Un élément fragile vient parfois immobiliser totalement le Nikko 1/12 Off-Road Evolution Dragon ou Phoenix, il s’agit de la casse d’engrenages dans le bloc moteur à l’arrière. Sur la version 1/10 Road Burner, il semblerait que ce souci ait été résolu, mais cela reste à confirmer.

Plus précisément, la couronne fixée sur le différentiel est fragile, des dents peuvent se casser au fur et à mesure, même avec un moteur d’origine. Préventivement, il est préférable de boucher les « entrées d’air du bloc arrière » à l’aide de scotch pour éviter que des petits cailloux atteignent les engrenages, la présence de ces entrées d’air est assez surprenante car loin du moteur. Il est préférable aussi d’éviter les freinages et accélérations violentes.

Batterie et chargeur

Les Nikko Road Burner, Dragon et Phoenix sont alimentés par une batterie 7,2v au format standard de modélisme. Pour les Dragon et Phoenix, il s’agit d’une batterie NiCd avec une capacité de 1600mAh de couleur jaune ou rouge. Pour le Road Burner, il s’agit d’une batterie NiMh 1600mAh grise.

Batteries Nikko Phoenix, Dragon et Road Burner.
En bas à droite, une batterie de modélisme parfaitement compatible.

Cette batterie pourra être remplacée par une batterie du même format Nikko équipant les Nikko Super Evolution 1/10 (Ne10), Nikko Panther 1/16 ou Nikko Formula Evolution 1/10 (F1Ne10) (entre autres), de technologie NiCd ou NiMh. Il est aussi possible de faire fonctionner les Nikko Road Burner, Phoenix et Dragon avec une batterie « non Nikko », de capacité supérieure, par exemple une batterie Graupner Energy 3000mAh visible sur la photo ci-dessus.

Télécommande

La télécommande des Nikko Road Burner, Dragon et Phoenix est une télécommande de type pistolet, digitale proportionnelle (vitesse et direction indépendants et linéaires), alimentée par une pile 9V. Le quartz (fréquence) est interchangeable, ce qui permettra à 6 véhicules d’évoluer en même temps. Deux « trims » sont présents sur la télécommande, ils permettent de régler le centrage de la direction et la zone neutre de commande du moteur.

La télécommande, dans sa version noire. Une version beige a existé.

Comportement et performances

Le Nikko Road Burner, Dragon ou Phoenix manque quelque peu de puissance. Ses nombreux renforts et sa taille globale nuisent aux performances : avec un poids de 1930 grammes en ordre de marche, le buggy est trop lourd. Ses suspensions ne l’aident pas non plus, trop dures et avec trop peu de débattement, la conduite sur terrain déformé se révèle difficile. Alors où l’utiliser ? Plutôt sur terre battue pas trop déformée, sur la pelouse, et sur le goudron. Il faut l’avouer, le Nikko Road Burner aurait pu être un excellent buggy, mais on prend plus de plaisir avec d’autres buggys Nikko, même des plus petits et moins chers.

Variantes

A ce jour, nous avons noté l’existence de 5 variantes, certaines n’ayant jamais été commercialisées en Europe et/ou en France.

La version « Dragon », 1/12 Off-Road Evolution, qui fut commercialisée en France.
La version « Phoenix », 1/12 Off-Road Evolution, aussi commercialisée en France.
La version « Phoenix » en rose, jamais vue en France.
La version « Road Burner » 1/10 Evo Pro-Line, commercialisée brièvement en France.
Une autre version « Road Burner » 1/10 Evo Pro-Line, jamais vue en France.

Vidéo

L’avis de NikkoMania

Les Nikko Road Burner, Dragon et Phoenix auraient dû être des excellents buggys solides et fiables. Ils ne manquent pas de qualité, mais malheureusement les suspensions sont trop dures et le souci de couronne qui peut se casser sont deux points qui peuvent décevoir. L’installation d’un moteur « Sprint » n’est pas à envisager, autant acheter un autre modèle plus petit et plus plaisant à conduire dans les bosses, le Nikko Super Galaxy ou le Nikko Black Mamba. Dommage, surtout que des belles qualités techniques et la solidité du châssis sont réellement présents. Un buggy à acheter en connaissance de cause !