Nikko VaporizR 2

Véhicule amphibie à 4 roues motrices, le Nikko VaporizR 2 est la version révisée du Nikko VaporizR. Une troisième version a également été commercialisée, la Nikko VaporizR 2 « Pro ».

La Nikko VaporizR 2, avec ses accessoires.

Fiche technique

Informations générales

  • Modèle : Nikko VaporizR 2,
  • Prix : 60€
  • Année : De 2014 à 2018
  • Public : adolescents

Performances

  • Vitesse maximale estimée : 15 km/h
  • Batterie : 6 Volts Ni-Mh 800 mAh, 1 pile 9 Volts pour la télécommande
  • Chargeur : charge en 1 heure
  • Autonomie : 15 minutes

Dimensions

  • Echelle : 1/16
  • Longueur : 29 cm
  • Largeur : 22 cm
  • Hauteur : 16 cm

Commande

  • Radiocommande : 2 leviers à déplacement verticaux, commande façon « tank »
  • Fréquence : 40 MHz
  • Quartz : non interchangeable

Mécanique

  • Mode de transmission : 4×4 à 2 moteurs, un moteur pour les roues côté gauche, un moteur pour les roues côté droit
  • Pas de suspensions
  • Roues amovibles avec pneus souples
  • Ensemble étanche permettant au véhicule d’évoluer sur l’eau

Look

Copiant le look de son prédécesseur, le Nikko VaporizR 2 innove simplement avec la présence d’un aileron plus large et la présence de « réacteurs » à l’arrière et au niveau du coffre. C’est plutôt réussi, les roues susmentionnées remplissent totalement les passages de roues. L’ensemble est assez compact visuellement, malgré des dimensions assez grandes avec plus de 22 centimètres de large.

La Nikko VaporizR 2.

L’empattement est minimal, autorisant des virages secs et un demi-tour sur place. La vue arrière montre des jolis feux, deux réacteurs ou turbines, une double sortie d’échappement et un aileron bien intégré en plastique légèrement souple.

L’arrière est partagé entre jolis éléments et réacteurs ou turbines au goût douteux.

Le niveau de soin apporté à la carrosserie est excellent : peu d’autocollants, un alignement parfait des motifs. En cas de tonneau ou de choc en marche arrière, des traces apparaissent sur le plastique, comme vu en bas du parechoc arrière sur cet exemplaire présenté. Une simple retouche de peinture pourra être effectuée au besoin.

La vue latérale : empattement minimal !
Vue de face.
Les détails sont peints, il ne s’agit pas d’autocollants, sauf pour les phares.
Réacteurs ou turbines ? A vous de juger.

Châssis

Oubliez les suspensions et les roues directrices : les véhicules Nikko VaporizR misent tout sur leur conduite en mode « char » : les roues gauches et les roues droites peuvent être commandées séparément, en fonctionnant par paire. Le véhicule possède dont 4 roues motrices, montées sur un châssis étanche avec la batterie positionnée sur le dessus, et une antenne enroulée sur un support latérale en place d’une antenne conventionnelle.

Le châssis de la Nikko VaporizR 2.

Etant donné qu’il n’y a pas de suspensions, les chocs et défauts sont absorbés tant bien que mal par la souplesse convenable des pneus. Il n’est pas rare de retourner le véhicule en cognant un obstacle faisant décoller la voiture. Les roues pourront être enlevées si besoin à l’aide d’un tournevis cruciforme, pour nettoyer ou retirer un objet coincé entre les roues et le châssis.

Le châssis, sans ses roues. Pas de suspensions, mais 4 roues motrices.

La batterie est maintenue au sec dans un logement avec une trappe étanche. L’ensemble des fils sortant du châssis sont également recouverts de colle à leurs extrémités, afin d’étanchéifier le véhicule. C’est assez bien réalisé, mais un doute sur l’étanchéité du véhicule dans le temps est tout de même permis.

La batterie, dans son emplacement avant fermeture.
La trappe de batterie, fermée et verrouillée.

La carrosserie est maintenue sur le châssis par deux loquets situés à l’arrière, présents autour de l’interrupteur marche-arrêt, recouvert d’une protection en caoutchouc souple. La dépose de la carrosserie est facile, mais la remise en place est moins aisée : il faut bien positionner le parechoc avant dans son encoche, pour ensuite espérer faire tomber les loquets de verrouillage dans leurs emplacements.

Les loquets permettant de verrouiller la carrosserie sur le châssis.
La carrosserie en place, avec les loquets verrouillés.

Télécommande

La télécommande de la Nikko VaporizR 2 est une télécommande à leviers fonctionnant en mode « tout ou rien ». Il n’y a pas de proportionnalité, on passe immédiatement de l’arrête à l’accélération maximale, ce qui est regrettable sur un véhicule de cette taille. On se console avec la possibilité de commander indépendamment les roues droites ou gauche, à la manière d’un char, ce qui autorise le demi-tour du véhicule sur place.

La télécommande du Nikko VaporizR 2.
L’alimentation se fait par une pile 9 volts.

Deux fréquences non interchangeables existent, 27 MHz ou 40 MHz, on peut donc voir une antenne intégrée dans un tube de caoutchouc souple. Il n’y a pas de quartz, ou de sélection automatique des fréquences comme avec le mode 2.4 GHz. A noter, la trappe de pile est verrouillée par un petit loquet : c’est pratique, et plus facile d’utilisation qu’une fixation par vis comme on peut le voir sur les véhicules Nikko les plus récents.

Le gros défaut de cet ensemble télécommande et réception se situe sur la voiture : avec une antenne enroulée sur un support et non une antenne verticale, la distance de contrôle est réduite à quelques mètres. Il existe pourtant un support d’antenne à l’arrière, et ce ne sera pas difficile de percer la carrosserie pour installer une antenne comme sur la Nikko VaporizR 1.

Le fil d’antenne est enroulé sur un support présent sous le châssis, réduisant la distance de contrôle considérablement.
Le Nikko VaporizR 1 possède le même châssis, mais avec une antenne. Il est possible de reproduire cette configuration.

Batterie et chargeur

Le Nikko VaporizR 2 est alimenté par une batterie Ni-Mh 6 Volts au format « cassette », et sa charge nécessite 1 heure. Les plus bricoleurs pourront ouvrir le châssis pour ajouter un câble avec une prise Tamiya, et utiliser une batterie au format « classique » à 5 éléments 1,2 Volts Ni-Mh.

Le chargeur et la batterie Ni-Mh 6 Volts 800 mAh au format « cassette ».

Vraiment étanche ?

Avec une trappe de batterie étanche et de la colle souple appliquée sur toutes les jointures, Le Nikko VaporizR 2 est en théorie capable de flotter et naviguer sur l’eau. Cependant, ses roues sont fixées à des axes qui traversent la coque du châssis. Si la liaison entre l’axe de la roue et le châssis n’est pas étanche, l’eau passera, c’est pourquoi il est conseillé d’éviter les baignades et de restreindre l’usage à des passages dans des flaques d’eau.

La Nikko VaporizR 2, lors d’un passage dans une flaque d’eau.

Différences avec le VaporizR 1 et VaporizR 2 « Pro »

Le Nikko VaporizR 2 est très proche du Nikko VaporizR, et de nombreux éléments sont compatibles entre des deux véhicules. La seule différence notoire est l’absence d’antenne extérieure, celle-ci étant enroulée sur un support caché sous la carrosserie. Les performances sont inchangées, mais malheureusement la portée (distance de contrôle) est réduite sur le Nikko VaporizR 2.

Le fil d’antenne est enroulé sur un support présent sous le châssis.

Par contre, le Nikko VaporizR 2 ne partage quasiment aucune pièce commune avec la version suivante, la Nikko VaporizR 2 « Pro ». Pour différencier ces deux versions, un élément peut être observé : la bosse sur le toit, absente sur la version normale et présente sur la version « Pro ».

La Nikko VaporizR 2, ici présentée, compatible avec de nombreuses pièces de la Nikko VaporizR.
La Nikko VaporizR 2 Pro, qui est composée de pièces et d’un châssis totalement différent.

Comportement et performances

Le Nikko VaporizR 2 est vif, plutôt rapide et cette rapidité est souvent stoppée net à cause des commandes non proportionnelles en tout ou rien. Avec un peu d’expérience, on parvient à faire de jolies trajectoires pour envoyer son véhicule dans les plus grandes flaques d’eau, mais la distance de contrôle de quelques mètres empêche toute utilisation intéressante en extérieur.

Pour l’intérieur, le véhicule est trop encombrant et trop vif, il sera préférable d’opter pour la version plus petite, la Nikko Nano VaporizR 2.

Le Nikko VaporizR 2, à l’attaque dans la boue.

Le bilan est donc décevant, et l’installation d’une antenne verticale est clairement une modification à réaliser. Un simple trou dans la carrosserie et l’achat d’un tube d’antenne suffiront pour résoudre le problème de la distance de contrôle.

Variantes

Seules 2 variantes de la Nikko VaporizR 2 ont été commercialisées. Les inscriptions sur les pneus ont été « VaporizR 2 » au début, puis « Nikko ». Attention, de nombreuses Nikko VaporizR 2 plus colorées existent, mais il s’agit de la version « Pro » qui est totalement différente.

La Nikko VaporizR 2 bleue.
La Nikko VaporizR 2 rouge.

Pièces détachées

Il est difficile de trouver des pièces détachées. Toutefois, NikkoMania propose différentes pièces détachées pour réparer ou améliorer ce véhicule : cliquez ici pour accéder aux produits spécifiques aux Nikko VaporizR et Nikko VaporizR 2.

Vidéo de démonstration

L’avis de NikkoMania

Bilan en demi-teinte pour cette Nikko VaporizR 2. Soyons francs, le manque de portée dû à l’antenne enroulée est frustrant, et limite les possibilités d’utilisation de la voiture. Sinon, le bilan est proche de la Nikko VaporizR : un véhicule sympathique, vif, étanche, pour lequel on regrette l’absence du mode digital proportionnel. Préférez l’achat de la version précédente, voire du Nikko Nano VaporizR 2 qui est tout autant sympathique malgré sa taille plus petite.